MORGANE / VELLEDA

Au 1704

Vedette de ravitaillement des phares construite en 1931 à Nantes

chantier

patron : Jean Marie Porsmoguer

 

 caractéristiques principales

longueur :

m largeur :     m jauge brute :    21,63 tx motorisation : 40 cv Bettus-Loire

 

Avant 1930, l'administration des "Ponts et Chaussées" qui avait en charge l'entretien des phares et du balisage, faisait appel à des bateaux privés pour assurer ses missions. C'est ainsi que de 1902 à 1919, Jean-Noël Rozen de Sein, avec son pigouiller "Avec l'Aide de Marie" ravitaillait Armen et Tévennec. De 1922 à 1926, Jean-Noël Spinec assura la mission à bord du "Saint Thomas". Puis ce fut au tour de Jean Rohou et Jean-Marie Porsmoguer avec la "Sainte Flore".


Le phare de la Vieille était ravitaillé par Clet Henri Coquet, un patron pêcheur de Lescoff. Le service était très mal rétribué par l'administration, 30 francs par relève ( moins 1/4 en cas de retard de plus de 24 h), les pertes et détériorations de marchandises étaient à la charge du ravitailleur. (sources : Michel Plouhinec)

En 1930 c'est la "Morgane" de la subdivision de Brest qui fut le premier bateau à appartenir en propre aux services des Ponts et Chaussées . Il n'est pas impossible que la "Morgane" fut rebaptisée "Velléda" et affectée à l'île de Sein d'où elle ravitaillait Armen, La Vieille, Tévennec et assurait toutes les missions lui incombant dans des conditions souvent à la limite du possible...

 

  Le dimanche 28 février 1926, Clet Henri Coquet accompagné de six hommes, à bord de son canot de 5 m, "Les Trois Amis" A 1090 , et dans des conditions de mer très difficiles,  va accomplir un acte de bravoure hors du commun. Il va réussir l'évacuation de deux gardiens du phare de la Vieille, qui étaient prisonniers de la tempête depuis plus de deux mois. Ces deux gardiens, grands mutilés de guerre, étaient arrivés au bout de leurs forces, n'ayant plus rien à manger, ni à boire, et sans l'intervention héroîque des marins de Plogoff, ils étaient voués à une mort certaine.  

 

 

 

 

Ces photos montrent une Velléda ravitaillant le phare d'Armen. Par déduction, il pourrait s'agir de la vedette Morgane, rebaptisée Velléda, mais c'est à confirmer.

 

  L'histoire des vedettes  "Velléda", du moins en ce qui concerne les trois premières est assez nébuleuse et les informations sont souvent contradictoires. Il serait bien que, avec l'ouverture prochaine du grand musée des phares et balises sur le port de Brest, ce pan de l'épopée des phares et du balisage soit définitivement et clairement écrit.  

 

 

 

remerciements à Michel Plouhinec et Manu Kerloch

M àj du : 07-12-2020